Rechercher
  • brity66

Un peu de sensibilité….féminine toutes voiles ouvertes ! (et sans filet)


Je me suis souvent interrogée sur les raisons qui me poussent ou m’attirent dans cette activité qui n’est pas sans risques .Je crois que tout dépend comment l’on gère sa vie : sur des coups de tête ou avec des actions mesurées et réfléchies car anticipées.

Il est clair que c’est tout d’abord un acte de liberté ,un défit :

  • aux autres (paraître, se faire voir, voler de ses propres ailes) ,

  • à soi même (se dépasser, vivre pour soi, pimenter sa vie ) ,

Mais c’est surtout la recherche de sensations qui nous guide .

(Je n’évoquerais pas ici la compétition ou d’autres domaines de cette activité car je n’y suis pas assez sensibilisée.)

Ces bonnes sensations ne sont pas forcement identiques à chaque vol et dépendent beaucoup du mental de chacun .

Et moi , modeste débutante ,je reste concentrée sous mon aile et j’apprécie davantage mon vol une fois arrivée sur le planché des vaches .Cela ne m’empêche pas de ressentir beaucoup de choses pour les extérioriser les yeux dans les yeux .Quelquefois , le silence se fait .

Je pense que nous sommes souvent dans ce cas de figure.

On peut comparer ces sensations à celles rencontrées lors de l’état naissant. Cela correspond à des phases différentes : s’envoler, voler et être arrivé .

En amour : « on se trouve dans le ciel au-dessus des nuages et l’ on sait d’une façon immuable , que l’on finira

encore par avoir les pieds sur terre .»

Cela force à être soi même jusqu’au bout à se dépasser et à se dévoiler pour prolonger l’instant présent .

C’est extraordinaire, comme l’état amoureux :on veut que cela dure le plus longtemps possible tout en sachant que l’échéance est identique à chaque fois et que l’on « retombe » sur le plancher des vaches.

L’amour naissant est une transformation intérieure individuelle qui part à la recherche de son objet : la recherche de plaisir .

L’éveil provoque l’émoi :le bien-etre, l’envie de retenir l’instant et la peur de le perdre.

Seul celui qui est en train de perdre la réalité de sa vie quotidienne s ‘approche du seuil qui sépare le réel du rêve éveillé. (Ne pas dépasser ce seuil sous peine de « décrocher » ou d’être fou d’amour !)

Comme le vol en parapente, l’état naissant rompt avec le réel encré pour le mettre en stand-by et y substituer une autre réalité (Celle des être amoureux ou des libellistes amoureux ou non !) Le plaisir est d’autant plus grand que la distance prise avec la réalité est importante. Il déplace, entraîne ailleurs, fait mourir cette réalité et renaître.

Il faut être extrêmement disponible pour apprécier ,être libre d’aller vers l’inconnu sans focaliser sur les risques.

On comprend alors que ce soit difficile pour celui qui n’est pas amoureux ou qui ne vole pas :il n’est pas dans la même réalité.

C’est dans ce sens que l’on peut définir une analogie avec l’état naissant. Cet état dérange ceux qui ne le partage pas car il ne cadre pas avec le réel bien établi des piétons (les conventions, le cadre institutionnel) et tant que l’on est dans l’état naissant personne ne peut avoir d' emprise sur l’être aimant !

Ce que je trouve extraordinaire et très beau dans ce monde plutôt individualiste ,c’est de voir ces visages illuminés d’un grand sourire ,comme en prise réelle avec eux même. La joie impudique de l’autre ,déjà arrivé , vaut plus que n’importe quel objet. L’état naissant crée immédiatement la reconnaissance, la compréhension ,sur un plan intuitif et profond.

C’est très positif.

Le comble du romantisme :embrasser l’horizon .

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout